Par divers mécanismes d’inhibition de l’argile, notamment par la chimie des polyols, la phase  d’émulsion, la salinité supplémentaire, les silicates et les amines, les inhibiteurs de l’argile minimisent la capacité de l’eau à hydrater l’argile, le gumbo et les argiles réactives. L’hydratation est responsable de gonflement, d’instabilité du trou de puits, de couples élevés et de résistance, et du coincement des tiges.